Illustrator : vectorisation dynamique

Rappel : images bitmap et images vectorielles :

On distingue généralement deux grandes catégories d’images :

  • les images bitmap (Photoshop) : il s’agit d’images pixellisées, c’est-à-dire un ensemble de points (pixels) contenus dans un tableau, chacun de ces points possédant une ou plusieurs valeurs décrivant sa couleur.
  • les images vectorielles (Illustrator) : les images vectorielles sont des représentations d’entités géométriques telles qu’un cercle, un rectangle ou un segment. Ceux-ci sont représentés par des formules mathématiques (un rectangle est défini par deux points, un cercle par un centre et un rayon, une courbe par plusieurs points et une équation). C’est le processeur qui sera chargé de « traduire » ces formes en informations interprétables par la carte graphique.

Etant donné qu’une image vectorielle est constituée uniquement d’entités mathématiques, il est possible de lui appliquer facilement des transformations géométriques (zoom, étirement, …), tandis qu’une image bitmap, faite de pixels, ne pourra subir de telles transformations qu’au prix d’une perte d’information, appelée distorsion. On nomme ainsi pixellisation (en anglais aliasing) l’apparition de pixels dans une image suite à une transformation géométrique (notamment l’agrandissement). De plus, les images vectorielles (appelées cliparts lorsqu’il s’agit d’un objet vectoriel) permettent de définir une image avec très peu d’information, ce qui rend les fichiers très peu volumineux.
En contrepartie, une image vectorielle permet uniquement de représenter des formes simples. S’il est vrai qu’une superposition de divers éléments simples peut donner des résultats très impressionnants, toute image ne peut pas être rendue vectoriellement, c’est notamment le cas des photos réalistes.

Lire la suite

Vous aimez cet article ? Partagez-le !